PROGRAMME ET VISION

Mon programme repose sur 10 axes essentiels, comprenant 22 chantiers avec 273 mesures à mettre en oeuvre dès mon arrivée au pouvoir, suivant un calendrier des priorités fondé sur un socle de financement disponible et réaliste.

  • RENFORCER L’UNITÉ NATIONALE
    LA COHESION SOCIALE ET LA CITOYENNETE
  • NORMALISER LA VIE POLITIQUE, REFORMER LES INSTITUTIONS,
    CONSOLIDER L’ETAT DE DROIT ET LES LIBERTÉS PUBLIQUES
  • REDRESSER L’EDUCATION
    ET PROMOUVOIR LES FORCES VIVES
  • RESTRUCTURER L’ECONOMIE
    ET PROMOUVOIR LA PRODUCTION NATIONALE ET LOCALE
  • GARANTIR LA SANTE
    ET LE BIEN-ETRE SOLIDAIRE
  • PROTÉGER NOTRE ENVIRONNEMENT
    ET AMELIORER NOTRE CADRE DE VIE
  • UNE POLITIQUE DE LOGEMENT
    ET DE TRANSPORT EFFICIENTE
  • DÉVELOPPER LE SPORT,
    LES ARTS ET LA CULTURE
  • RENFORCER LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE
    ET LA DEFENSE NATIONALE
  • DÉVELOPPER UNE DIPLOMATIE
    ADAPTÉE A NOS RÉALITÉS ET A NOS BESOINS

Pierre angulaire de notre projet de société, la question de l’Unité Nationale n’est pas qu’un slogan creux au service d’un populisme destructeur.

Je ferai de la question de l’Unité Nationale la base de notre action politique.

Nous allons réconcilier nos identités en puisant dans nos valeurs religieuses et culturelles.

.     CHANTIER 1. L’Unité nationale et la cohésion sociale d’abord !

Pour créer une situation d’ensemble favorable à l’unité nationale, en remettant la confiance au cœur des rapports entre l’Etat et les différentes composantes nationales, je prendrai les mesures nécessaires et urgentes suivantes :

  • Dans les 6 mois de mon élection, convocation d’une grande Conférence Nationale composée des représentants des principaux secteurs de la vie politique, économique et sociale pour faire l’état des lieux des rapports entre nos communautés et l’Etat et dégager des propositions concrètes en vue de relever les principaux défis qui se posent, à l’image des Journées de Concertation de 2007
  • Abrogation de la loi d’amnistie des crimes constitutifs du « Passif humanitaire »
  • Mise sur pied d’un processus de règlement définitif du passif humanitaire par la création d’une Commission Vérité, Justice, Réparation, Réconciliation inspiré des modèles étrangers les plus pertinents (Afrique du sud et Maroc notamment).
  • Revoir les grilles de partage des émissions de radio et de télévision pour mieux garantir le droit de participation de toutes les communautés à la vie sociale et culturelle du pays, en privilégiant les programmes communs multilingues
  • Veiller à protéger les populations locales contre les spoliations et les expropriations foncières notamment dans la vallée du fleuve par des hommes d’affaires véreux aidés par des autorités locales complices ( arrêt immédiat des redistributions foncières jusqu’à la prochaine réforme que je préconise)
  • Suivant une démarche participative, reformer la loi foncière en l’adaptant davantage aux réalités locales, en veillant à la sauvegarde des droits des populations locales tout en favorisant les investissements productifs
  • Revoir les règles d’affectation et de contrôle des activités des autorités administratives locales de l’Etat pour assurer un minimum de confiance entre elles et les populations locales ( établir une nouvelle approche des rapports entre l’administration territoriale et les populations locales pour instaurer la confiance entre elles)
  • Assurer une plus grande visibilité de la diversité socio-culturelle du pays notamment dans l’écriture de notre « récit national » (histoire ancienne et récente) et dans l’expression de nos valeurs et symboles nationaux. A titre d’exemple, les Villes historiques du Sud du pays doivent entrer dans le programme du Festival des Villes Anciennes de Mauritanie.
  • Reconnaissance constitutionnelle du principe de diversité socio-linguistique et de genre dans le choix des principales autorités de décision politique et administrative, à l’échelle centrale et locale et officialisation des langues nationales et leur usage dans l’enseignement et au sein de l’administration

En matière de lutte contre l’esclavage et ses séquelles, les mesures phares suivantes seront prises :

  • Ouverture d’une Vaste enquête nationale sur le fléau répondant aux standards scientifiques internationaux qui sera suivie d’un projet de loi Loi-cadre qui clarifie et simplifie la lutte contre ce fléau et officialise la discrimination positive en faveur des couches sociales qui en sont victimes pour une durée déterminée
  • Remplacement des juridictions spéciales anti-esclavage par des chambres spécialisées au sein de toutes les juridictions du pays.
  • Facilitation des voies de recours et de la saisine des juridictions concernées en matière de crime d’esclavage et aide juridictionnelle spéciale en faveur des victimes
  • Déclarer « Zones d’investissement prioritaire » (ZIP), les régions où subsistent les pratiques esclavagistes en vue d’assurer les conditions d’autonomisation des populations concernées (octroi de lopins de terre ou activités rémunérées, forages, écoles publiques et soins médicaux de base assurés gratuitement, bourses d’études et affectations prioritaires …). L’Etat encouragera fermement les coopératives d’entraide et de développement et l’installation dans ces ZIP, de tous projets de développement économique et d’intégration sociale entrepris par ou avec des personnes issues de ces zones
  • Reconnaissance du rôle privilégié des syndicats dans la lutte contre le travail forcé traditionnel ou le servage moderne.

Pour toutes les discriminations sociales fondées notamment sur les appartenances de tribu ou de castes, les mesures phares suivantes seront prises :

  • Création d’Observatoire National Indépendant de lutte contre toutes les discriminations
  • Création d’un Pôle Anti-discrimination du Parquet
  • Adoption d’une convention de partenariat stratégique avec les organisations de la société civile pour la lutte contre toutes les formes de discrimination
  • Adoption d’un plan national de lutte contre les discriminations explicitant notamment les catégories sociales qui en sont traditionnellement victimes (communautés ethniques, anciens esclaves, castes, femmes). L’Etat engagera une lutte ferme, à travers tous les canaux de mobilisation de masses, les prêches dans les Mosquées, l’école et les médias pour éradiquer les préjugés surannés nés de mentalités rétrogrades de mépris à l’égard des métiers manuels et ceux qui les exercent et que l’on retrouve dans toutes les communautés. L’Etat donnera l’exemple à travers les choix dans la haute fonction publique, de membres des catégories sociales traditionnellement discriminées, à compétence égale.
  • Appui aux efforts de modernisation des outils de production de l’artisanat pour une meilleure insertion dans la vie économique, industrielle et touristique, en axant sur une plus grande compétitivité du secteur artisanal notamment par l’amélioration des circuits de commercialisation, la protection de la propriété intellectuelle, la création d’un label de qualité « Artisanat de Mauritanie »… .
  • Un Forum National se tiendra tous les 2 ans sous l’égide de l’Observatoire National de lutte contre les discriminations pour une revue nationale de la situation en matière de discriminations dans le pays.
  • Création d’un grand Ministère en charge de l’Intégration Sociale et de l’Unité nationale

CHANTIER 2.   Raffermir la citoyenneté, donner toute sa place à la diaspora mauritanienne et respecter les étrangers établis en Mauritanie

  • Correction de toutes les injustices relatives à l’enrôlement sur la base des principes de respect de l’Etat de droit et établissement et publication d’un manuel de procédures pour l’enrôlement
  • Implication directe des autorités municipales dans la délivrance des actes d’état-civil
  • Application du principe d’égalité d’accès à la double nationalité
  • Droit de suffrage direct aux élections nationales des mauritaniens de l’étranger
  • Encouragement et sécurisation des investisseurs mauritaniens de la Diaspora
  • Facilitation des formalités administratives pour les mauritaniens établis à l’étranger
  • Lutter contre l’immigration clandestine dans le respect des droits humains et des règles de bon voisinage
  • Création d’un Secrétariat d’Etat en charge de la Diaspora sous l’autorité du Ministère des Affaires Etrangères et de l’Action internationale

Je m’engage à refonder la vie politique du pays en s’attaquant et en réformant les principaux aspects de l’autoritarisme et de la concentration des pouvoirs, la faiblesse des institutions républicaines, la fragilité du système des libertés publiques et des droits humains.

L’Etat en tant que puissance publique respectera scrupuleusement les lois de la république.

CHANTIER 3 Reformer le système électoral et organiser de nouvelles élections générales consensuelles

Pour normaliser la vie politique et instaurer un climat de sérénité démocratique, je vais m’atteler, dès mon élection, à préparer et convoquer de nouvelles élections législatives,

  • Concertation nationale inclusive des acteurs politiques et de la société civile pour convenir de manière consensuelle des reformes et du calendrier électoral, déterminer les mesures à prendre pour des élections acceptables
  • Adoption par voie législative des principales conclusions de la concertation.

 

CHANTIER 4. REFORME DES INSTITUTIONS

LA REVISION DE LA CONSTITUTION

Un dialogue inclusif entre les principaux acteurs politiques se tiendra à propos des questions liées à la constitution y compris les modifications illégitimes introduites par le précédent régime et sur les modifications nouvelles à y introduire.

LES INSTITUTIONS CENTRALES

L’Exécutif

  • Ramener l’Armée dans les casernes et séparer les affaires politiques des affaires militaires
  • Repréciser et équilibrer les prérogatives du Président de la République, chef de l’Exécutif et celles du Premier Ministre, chef de Gouvernement.
  • Transférer la présidence du Conseil des Ministres au Premier Ministre et soumettre la nomination dans la Haute Fonction publique au Parlement.
  • Restreindre le pouvoir de blocage et de « chantage » du Président vis-à-vis du Parlement
  • Interdire la candidature de tout parent proche et direct (ascendant ou descendant) et de tout conjoint d’un Chef de l’Etat ayant exercé un mandat, pour toute élection présidentielle se tenant immédiatement à la fin de ce mandat.
  • En application du principe de diversité, les titulaires des principales fonctions d’Etat et de ses démembrements ne peuvent appartenir à la même communauté ethnolinguistique.
  • Créer le poste de vice-Premier Ministre et de vice-ministres pour les Ministères de souveraineté dont les titulaires ne peuvent appartenir à la même région et à la même communauté ethnolinguistique que les titulaires principaux des postes.
  • Renforcer la loi sur la transparence financière par la publication obligatoire du patrimoine du Président de la République et de tous les membres du Gouvernement, le Président de l’Assemblée Nationale, le Président du Conseil constitutionnel, le Président de la Cour Suprême, le Gouverneur de la Banque Centrale, les responsables de la haute fonction publique, et tout responsable d’une entreprise publique. Ils ne pourront prendre fonction qu’après publication de leur patrimoine ainsi que celui de leurs conjoints, parents directs et enfants.

Parlement

  • Doter chaque parlementaire de moyens nécessaires pour ses activités y compris un bureau situé obligatoirement dans sa circonscription et un assistant ayant un niveau de qualification adéquat
  • Revitalisation des Commissions d’enquête parlementaires en leur accordant de plus amples pouvoirs d’investigation.
  • Audition parlementaire préalable des titulaires pressentis à certaines hautes fonctions de l’Etat
  • Contrôle parlementaire sur tous les grands contrats internationaux
  • 15% des candidats présentés sur les listes de candidature des partis doivent avoir moins de 35 ans
  • Révision en baisse du nombre de membres de l’Assemblée Nationale

L’Autorité Judiciaire

  • Adoption d’une Loi-cadre de Modernisation de la Justice
  • Indépendance organique et fonctionnelle du parquet et du Conseil de la Magistrature, vis-à-vis du pouvoir Exécutif. Le Président du Conseil de la Magistrature sera élu par un collège comprenant notamment les Présidents des différentes juridictions d’appel et de cassation ainsi que les représentants de l’ordre des avocats, de l’Université…
  • Création d’un ordre juridictionnel administratif coiffé par un Conseil Suprême de justice administrative
  • Révision en profondeur du statut des juges leur garantissant une réelle inamovibilité, une complète indépendance, des conditions d’existence élevées et une sécurité totale
  • Réforme des compétences et conditions de saisine du conseil constitutionnel pour le rapprocher d’une réelle cour de justice assurant la régulation des rapports entre les institutions, entre le pouvoir et l’opposition, tout en accordant aux citoyens un droit d’ester devant lui.
  • Réforme profonde du système pénitentiaire par le doublement des établissements consacrés, leur meilleur équipement, une politique qualitative d’éducation civique et professionnelle à l’intérieur des prisons et le respect des règles des droits humains à l’égard des prisonniers. Le personnel bénéficiera d’une attention particulière en matière de sécurité et de revenus.
  • Respecter le droit de voter et d’être élu, de tous les prisonniers non bannis et non condamnés à une peine de déchéance de leurs droits civiques et politiques

LES INSTITUTIONS TERRITORIALES DECENTRALISEES

  • Adoption d’une Loi Unique de Décentralisation territoriale pour mettre en œuvre de façon effective, la décentralisation
  • Révision du découpage des circonscriptions territoriales sur la base de l’équité et du principe de la viabilité socio- économique des régions et de leur autonomie
  • Adopter un Plan National de Développement des territoires destiné à impulser une dynamique de développement fondé sur des économies locales intégrées et coordonnées à l’échelle de chaque région
  • Création d’un Fonds d’Investissement des Territoires destiné à appuyer les efforts d’infrastructures et de soutien aux PME établies dans les régions.
  • Application du principe de corrélation entre les compétences reconnues aux régions et aux communes et les moyens techniques et humains qui leur sont alloués.
  • Supprimer la tutelle sur les entités décentralisées et la remplacer par un système de contrôle a posteriori, mieux adapté, sauf exceptionnellement sur certaines questions particulières dûment spécifiées.
  • Prendre la démocratie participative comme modèle de représentation et d’action régionale et communale.
  • Exigence légale d’établissement pour chaque région, d’un Plan de Développement régional en coordination avec les autorités centrales concernées et les communes de son territoire.
  • Reconnaître pour chaque région et pour chaque commune, une marge de liberté fiscale, en fixation d’assiette et en recouvrement.

 

CHANTIER 5 Renforcer l’Etat de droit, la démocratie pluraliste et les libertés publiques

  • Adoption d’une Charte de la Bonne Gouvernance et des Libertés qui sera intégrée dans la constitution.
  • Constitutionnaliser le principe de l’information préalable (déclaration) en matière de jouissance des libertés fondamentales y compris le droit de réunion, de manifestation, de publication etc.
  • Revoir la composition, les compétences et le fonctionnement de toutes les institutions de régulation en particulier en matière de presse (HAPA), d’élections (CENI) etc…
  • Adopter un statut de la liberté de la presse qui en assure le respect, veille sur la condition générale des journalistes et blogueurs et  garantit la confidentialité des sources d’information.
  • Constitutionnaliser le statut de l’Institution de l’Opposition et préciser la nature des droits et obligations des partis y compris leur financement
  • Instituer une Ecole de Journalisme séparée de l’ENA
  • Instituer une Ecole du Droit et de la Jurisprudence gérée en commun par l’Ordre des Avocats et la Faculté des Sciences juridiques
  • Réforme de l’ENA pour mieux l’adapter aux exigences actuelles de la bonne Gouvernance, des sciences numériques et de la géopolitique régionale et internationale
  • Réaffirmation et élargissement des libertés syndicales et instauration d’une immunité syndicale de plein d’exercice
  • Reconnaître et accompagner l’action des syndicats dans la lutte contre les pratiques esclavagistes ou similaires et pour la formalisation de toutes les relations de travail, en particulier domestique.
  • Traiter de manière égale les centrales syndicales des travailleurs et celles du Patronat
  • Constitutionnaliser le droit de consultation préalable des syndicats représentatifs pour toute loi ou décision administrative de portée nationale sur la condition des travailleurs.
  • Dotation d’un Fonds d’Aide aux groupements de la Société civile géré par une Agence en charge de ce secteur placé sous le contrôle d’un grand Ministère chargé du Bien-Etre Social, de la Solidarité et des Droits de l’Homme qui sera créé.

 

CHANTIER 6 Reformer l’administration et les finances publiques

 

Pour mettre fin à la crise profonde et structurelle qui affecte l’administration et les finances publiques, les mesures suivantes seront adoptées :

  • Dès le début du mandat sera dressé un état des lieux de l’administration et des politiques publiques les plus significatives avec l’ensemble des forces vives du pays et ses partenaires au développement, à travers des ateliers ouverts sur l’ensemble du territoire et dans la diaspora.
  • Elaboration et mise en œuvre d’une grande réforme de l’administration publique
  • Correction de toutes les injustices administratives avérées et dédommagement des victimes
  • Stricte application de l’ensemble des normes relatives à la transparence de la vie publique en particulier celles relatives au contrôle du patrimoine des responsables publics (Président de la République, Ministres, Elus, DG, etc.) et de lutte contre les conflits d’intérêts (nominations, marchés publics, etc.)
  • Révision en vue de leur actualisation, de l’ensemble des textes statutaires de la Fonction Publique.
  • Refonte des textes relatifs à la Commission Nationale Transparence Financière dans la Vie Publique pour élargir la liste des personnalités couvertes (conjoints, enfants, élus, etc.). Il s’agira de définir des mécanismes de contrôle afin qu’elle soit un véritable outil de lutte contre l’enrichissement illicite, le détournement des deniers publics, et le trafic d’influence.
  • Renforcement de l’indépendance et du professionnalisme des institutions de contrôle supérieur des finances publiques (Cour des comptes, Inspection générale d’Etat, Inspection générale des finances) et publication de leurs rapports ;
  • Renforcement du contrôle citoyen de l’action publique, à travers l’adoption de mécanismes spécifiques s’inspirant notamment des expériences positives de pays étrangers en plus d’un réexamen des mécanismes traditionnels de contrôle juridictionnel de l’action publique
  • Définition d’outils garantissant la professionnalisation de la gestion des ressources humaines de l’Etat avec un système d’évaluation des performances des agents publics, base de l’attribution des motivations et de la prise de sanctions.
  • Doublement des salaires pour les fonctionnaires et prise en compte des conditions de pénibilité et d’éloignement.
  • Révision du système de protection sociale (CNR et CNSS) en vue de l’amélioration substantielle des conditions de vie des travailleurs, retraités, personnes âgées et des handicapés

 

Le constat de crise multiforme de l’Ecole mauritanienne est général. Outre ses résultats catastrophiques sur le plan de la formation proprement dite (du primaire à l’université) que traduisent les résultats aberrants du baccalauréat depuis plus de 10 ans (moins 10 % d’admis !) cette école est devenue un des facteurs de division du pays sur des bases inacceptables, raciales, ethniques ou de « classe ».

CHANTIER 7 : Réhabiliter et réunifier l’École Mauritanienne 

  • Suppression immédiate de toutes les mesures qui empêchent l’inscription des enfants mineurs à l’école.
  • Organisation des états généraux de l’Education et adoption de mesures concrètes de transitions dont les plus urgentes seront appliquées dès la rentrée prochaine
  • Adoption d’une loi d’orientation du secteur éducatif et promulgation de mesures d’accompagnement pour la mise en œuvre de la loi d’obligation scolaire
  • Accroitre substantiellement les financements alloués à l’éducation, en privilégiant la mise sur pied d’un véritable réseau ou filières préscolaires et le niveau d’enseignement du primaire. Tendre de manière effective, à réaliser les engagements de la Mauritanie dans le cadre du GPE (partenariat mondial pour l’Education). Le budget consacré à l’éducation dès mon entrée en fonction, sera de 15 % et au bout du mandat, de l’ordre de 25%.
  • Réunification complète du système d’enseignement et suppression de tout séparatisme linguistique suite à des études approfondies, à des consultations appropriées et en s’inspirant des expériences extérieures les plus adéquates
  • Réhabilitation immédiate de l’Institut des Langues Nationales
  • Reconnaissance des droits égaux entre les locuteurs de toutes les langues d’usage dans les différents cycles d’enseignement
  • Réhabilitation du métier d’enseignant dans tous les niveaux et filières d’enseignement, par l’amélioration des conditions de vie des enseignants dont les salaires et pensions de retraite seront doublés dans les 2 prochaines années et par l’élévation de leur niveau de formation. Un contrôle de niveau sera établi sur la base de critères scientifiques d’évaluation et réalisé par des experts nationaux et internationaux de haut niveau.
  • Réhabilitation de toutes les écoles en état de délabrement et construction de nouvelles, à un rythme annuel soutenu, avec généralisation du système des cantines scolaires et internats, prioritairement dans les campagnes et les villes de l’intérieur ainsi que dans les quartiers périphériques des grandes villes.

 

  • Révision de la carte éducative nationale, modernisation et réédification du système scolaire et universitaire
  • Redéfinition et réajustement de la politique des Bourses sur la base du principe du « droit à la bourse » pour les élèves et étudiants les plus démunis
  • Intégration des Mahadras dans le système éducatif
  • Révision des rapports enseignement public et privé, en prenant le public comme axe principal sur lequel doit s’appuyer le système éducatif dans son ensemble. L’enseignement primaire relèvera exclusivement de l’Ecole publique dès 2021
  • Evaluation systématique et périodique de l’ensemble des membres de l’Enseignement, du primaire au supérieur, par des équipes scientifiques d’évaluateurs indépendants et dont les décisions pour chaque agent évalué, s’imposent à l’administration
  • Adoption d’un Plan Université 2030 dont la mise en application débutera dès son adoption en 2020 avec pour objectif la transformation totale de l’Université actuelle, caractérisée par ses archaïsmes, son fonctionnement sous domination tutélaire des autorités politiques et sa déconnection de la réalité du pays. Les enseignants étrangers reconnus de haut niveau dans l’enseignement et la recherche scientifique pourraient être recrutés à l’Université à titre exceptionnel.
  • Révision complète du système de fonctionnement de l’Université avec application stricte des normes internationales en matière pédagogique et de recherches
  • Remise en vigueur des règles de fonctionnement démocratique de l’Université reposant sur l’indépendance constitutionnelle des enseignants et le choix des organes de direction par les personnels universitaires sans ingérence de l’Etat.
  • Hausse substantielle des salaires et primes des enseignants et création d’une Cité des enseignants à l’instar des avantages qui leur sont accordés dans les pays voisins du Nord et du Sud.
  • Accorder une attention particulière au bien-être des étudiants par une politique des bourses rationnalisée et objective et par la mise à leur disposition d’infrastructures et d’équipement modernes
  • Développer les laboratoires de recherches et encourager les liens de partenariat avec les entreprises et les centres de recherches étrangers
  • Rattacher l’Université à des organismes internationaux reconnus pour la validation des études de doctorat et pour l’agrégation

 

 

CHANTIER 8 LES FEMMES ET LES JEUNES : DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LES FORCES VIVES

 

Les femmes et les jeunes continuent à pâtir de l’indifférence du pouvoir vis-à-vis de leur  sort déplorable malgré les proclamations officielles, ce qui handicape la modernisation du pays, l’ancrage de la démocratie et le développement de notre nation.

Pour améliorer les conditions de leur intégration sociale dans le respect des principes d’égalité, je prendrai les mesures les plus adéquates

Pour les Femmes

  • Encourager et appuyer effectivement les initiatives d’autonomisation (micro finance notamment) et les organisations de défense des femmes.
  • Reconnaitre l’égalité de genre dans la représentation au sein de la haute fonction publique en complément des efforts faits en matière de parité dans la représentation parlementaire -et qu’il faut étendre dans tous les domaines d’activités politiques, au sein de l’exécutif, comme surtout dans l’exercice des fonctions judiciaires (juges et avocats).
  • Je veillerai à ce que s’estompent les écarts de salaire entre femmes et hommes en m’attachant à faire appliquer le principe « A travail égal, traitement égal ».
  • Dans certains domaines économiques à forte intensité de travail, dans l’Education et dans la Santé ainsi que pour le Sport, elles bénéficieront d’une discrimination positive renforcée.
  • Je veillerai à ce que le facteur bien-être féminin soit pris en compte dans toutes les activités entreprises dans le cadre de toute collectivité publique et ferai en sorte que leur soit garantie, une plus grande et positive visibilité.
  • Le viol et les violences exercées contre elles seront plus durement réprimées et le code pénal ainsi que toutes les lois en rapport, seront reformées en conséquence.

Mon but est que à la fin de mon mandat, la situation des femmes connaisse une modification substantiellement plus favorable.

 

Pour les jeunes

  • Reformer le Haut conseil des jeunes afin de lui confier des missions précises

passant ainsi d’une instance consultative à une instance d’exécution et de mission.

  • L’ANAPEJ sera restructurée et sera doté de tous les moyens nécessaires

pour atteindre des objectifs qui lui seront fixés.

  • Mettre en place une loi garantissant aux jeunes un quota de 15% au moins dans les institutions de représentation nationale
  • Mettre en place une Agence nationale d’appui aux PME, startups GIE et à l’entrepreneuriades jeunes. Cette Agence sera dotée avec d’un fonds d’investissement de 100 milliards

d’Ouguiya sur 5 ans destiné aux secteurs clés de l’économie pourvoyeurs d’emplois massifs

dont 30 % de ce fonds sera dédié aux jeunes du milieu rural. Ces investissements seront

accompagnés de la mise en place dans toutes les régions du pays des centres de formation et de développement des compétences en entrepreneuriat et en administration des affaires. Des

mesures d’accompagnement seront prises à travers un plaidoyer auprès des banques primaires

et autres structures de financement afin de les amener à développer des produits adaptés aux

besoins des jeunes. Des efforts seront entrepris également pour faciliter l’accès aux marchés

publics, l’accès à l’information et la facilitation des procédures administratives, juridiques et

fiscales. L’objectif ultime est de créer  200 000 emplois directs sur 5 ans.

 

  • Créer des écoles de métiers (maçonnerie, menuiserie, mécanique), de services, de loisirs, de tourisme et de technologie accessibles aux jeunes

de toutes les couches sociales et ce quel que soit leur niveau d’étude avec pour objectif d’en former au moins 30 000 par an.

 

  • Appuyer les initiatives citoyennes, culturelles, artistiques et  les associatives des jeunes
  • L’enseignement des règles de base de la citoyenneté et du patriotisme seront introduits dans les programmes scolaires
  • 500 associations de jeunes seront accompagnées en 5 ans.
  • Construire et réhabiliter 50 maisons des jeunes en 5 ans avec un programme national de

modernisation des infrastructures de loisirs et de l’institut supérieur de la jeunesse et des

sports, ​(Omnisport, Stades, écoles et académies de sports, théâtres nationaux, salles de jeux.. .

etc)​, ce programme vise à doter du pays des infrastructures ​la mise en place d’un mécanisme

capable d’identifier les jeunes talents afin de les former dans toutes les disciplines, pour

trouver dans l’avenir, des générations talentueuses et compétitives tant sur le plan national  qu’international, et de doter du pays des infrastructures modernes respectant les normes et

standards internationaux nous préparant ainsi à l’organisation en Mauritanie des compétitions

continentales et mondiales de toutes les disciplines.

CHANTIER 9.  Une nouvelle dynamique économique et financière de développement

 

  • Adoption d’un Plan d’urgence nationale « Orsec » (organisation des secours) en faveur des zones agro-pastorales pour faire face à la sécheresse chronique, en concertation étroite avec les représentants des agriculteurs, éleveurs et des autorités régionales et municipales concernées.

Baisse des prix des produits de 1ère nécessité et du gas-oil, fin des monopoles et juste application du principe de saine concurrence

  • Hausse de tous les salaires qui se situent en dessous d’un seuil à négocier avec les partenaires sociaux. Dans la fonction publique, le salaire et les pensions seront doublés et pour certains, triplés pour les agents de catégorie intermédiaire ou en dessous, dans la grille des salaires
  • Lutte contre le chômage par des mesures fortes d’incitation en faveur des PME et des entreprises qui recrutent et élaborer un plan d’allocations en faveur des chômeurs, personnes âgées et handicapées adapté à la situation économique et sociale du pays.
  • Mettre fin à l’impunité des crimes et délits économiques graves (corruption, prévarication, détournement de fonds etc.) en appliquant avec rigueur le principe de reddition des comptes pour tous, sans exception
  • Publication de tous les grands contrats publics nationaux ou internationaux en cours et leur soumission au contrôle parlementaire
  • Contrôle plus rigoureux de l’application des règles et procédures des marchés publics
  • Mesures d’encouragement de l’économie locale et encouragement des investissements privés dans les secteurs localement porteurs
  • Encouragement et accompagnement par l’Etat de l’adoption de plans de développement régionaux pour l’édification de véritables économies locales modernes
  • Adoption d’un Plan de résorption graduelle de la dette publique et prises de mesures juridiques et institutionnelles qui limitent le niveau d’endettement public spécialement vis-à-vis de l’étranger.
  • Plan national pour l’organisation et la promotion de l’Elevage et de l’Agriculture
  • Encouragement aux investisseurs étrangers sur la base de nos orientations souveraines
  • Etats généraux du Tourisme en vue d’édifier une vraie économie touristique
  • Adoption d’un Plan de réhabilitation et de redynamisation des entreprises publiques
  • Reprise en main et relance des activités autocentrées de la SNIM en réinstaurant les règles de bonne gestion en y associant les travailleurs (encourager la distribution de parts d’action en leur faveur par exemple).
  • Revoir la politique des zones Franches en incitant leur constitution non seulement sur certaines parties du littoral mais aussi de l’intérieur (« Zones franches agricoles et pastorales »).
  • Optimiser la mobilisation du potentiel fiscal et des revenus tirés de l’exploitation des ressources naturelles, tout en renforçant l’équité et en promouvant l’investissement privé ;
  • Rationaliser les dépenses de l’Etat et consacrer davantage de ressources aux secteurs qui favorisent le développement humain et l’accès aux services de base, notamment l’éducation-formation, la santé et l’eau potable ;
  • Définir les secteurs prioritaires éligibles au financement sur les ressource du FNRH (éducation, hôpitaux, agriculture, actions de discrimination positives vers les couches fragiles, etc.)
  • Dans le domaine de la politique monétaire et de change, notre action aura pour objectif de protéger le pouvoir d’achat de nos concitoyens, en veillant à la stabilité des prix et des taux de change, tout en à renforçant la solidité du secteur bancaire et son efficacité dans le financement de l’économie, à travers une professionnalisation accrue de la gestion des établissements de crédit

 

CHANTIER 10. Prendre l’Agriculture, l’élevage et la pêche comme axes prioritaires

 

  1. Jeter les bases d’une économie agricole, pastorale et de pêche moderne et performante
  • Encourager les banques à orienter les investissements vers une véritable économie maritime et agro-pastorale
  • Mise sur pied d’un plan national de développement des industries articulés à des plans sectoriels en concertation avec les organisations représentatives avec pour objectif d’atteindre l’autosuffisance alimentaire pour l’alimentation de base et le développement de nos exportations agroalimentaires
  • Appui aux initiatives de création d’emploi surtout des jeunes agriculteurs, éleveurs et mareyeurs. Donner la priorité aux petites entreprises de production agricole, pastorale et de pêche des jeunes et des femmes
  • Plan national de lutte contre le chômage, en particulier celui des jeunes et des femmes, en privilégiant les campagnes et les zones urbaines périphériques
  • Plan national de désenclavement des campagnes avec l’objectif de fournir des débouchés aux productions locales
  • Encourager et assister la petite production agricole familiale en redéfinissant les termes des rapports entre les petits producteurs et les pouvoirs publics
  • Inciter fortement et assister concrètement les paysans, les éleveurs et les mareyeurs en vue de transformer leurs activités de survie en activités productrices de valeur grâce à la transformation sur place
  • Encourager la combinaison de la petite production agro-pastorale familiale avec la grande production d’affaire dans le cadre de partenariats d’affaires locaux et des programmes de développement économique régionaux
  • Encourager la création de petites unités de transformation et de réfrigération des produits de la pêche destinée à la consommation locale ou sous régionale, en symbiose avec la grande production industrielle
  • Combattre le détournement des autorisations d’activités de transformation des produits de la pêche et suspendre toute nouvelle création d’usine de farine de poissons polluante
  • Encourager la pêche continentale et la pisciculture notamment le long du Fleuve, et dans certaines zones propices
  • Suspension immédiate de toutes les pratiques actuelles de spoliation et d’accaparement des terres résultant de la gestion désastreuse du foncier national par une administration centrale et locale souvent complice des monopolistes de l’agro-business et des spéculateurs fonciers.
  • Associer directement les représentants des Communes et des régions, ceux des populations locales directement intéressés, à la gestion des conflits et litiges fonciers locaux et veiller à l’impartialité de l’administration et de la justice sur les questions foncières.
  • Adopter une nouvelle réforme foncière qui mette fin au désarroi actuel des populations rurales, aux expropriations foncières et au monopolisme des grands groupes de l’agro-business, qui reconnaisse les titres traditionnels et garantisse le droit d’accès égal à la terre à tous les mauritaniens. Cette réforme permettra de créer un cadastre rural qui reconnaisse les droits de propriété sur la terre et l’institution d’une véritable propriété communautaire modernisée.
  • La nouvelle réforme foncière veillera à assurer la sauvegarde des droits des populations locales, les réserves foncières villageoises, une distribution équilibrée des ressources foncières. Elle ouvrira la voie à la constitution d’un cadastre national moderne qui couvre la quasi-totalité des zones habitées du pays
  • La réforme sera précédée par les travaux d’une Commission Nationale sur la Réforme de Modernisation Foncière de composition tripartite (Etat, représentants des Agriculteurs et représentants de l’Agro-business en présence de ceux de la société civile intéressés).
  • Encourager la mise sur pied de fermes d’élevage et moderniser les structures et circuits de consommation dans le pays et d’exportation
  1. Soutenir la production industrielle nationale

Pour mettre fin aux obstacles qui paralysent l’épanouissement d’un tissu industriel solide, je prendrai les mesures suivantes :

 

  • Tenue des Assises de l’Industrie nationale dont l’objectif est d’assoir un « Consensus industriel » entre l’Etat, les Opérateurs Economiques et les représentants du monde du travail.
  • Adoption d’un « Pacte national de compétitivité pour une industrie nationale émergente » et d’une Loi-cadre de développement régional.
  • Création de « poumons économiques » dans les territoires qui seront des « Pôles régionaux de Développement » (PRD) en fonction de critères tirés des ressources principales disponibles, de densité démographique, de facilité d’accès etc.  Ces PRD disposeront d’une large autonomie d’action pour promouvoir les activités économiques dédiées et disposeront des facilités et avantages nécessaires.
  • Efforts particuliers pour favoriser l’émergence d’entreprises surtout des start-up créées par des jeunes et des femmes et par des citoyens issus de catégories sociales défavorisées pour en faire des capitaines d’industrie de haut niveau, dans la sous-région et dans le reste du continent.
  • Améliorer considérablement le climat des Affaires sur la base des conclusions tirées du Pacte National de compétitivité et élaborer un outil propre au pays pour l’attractivité des affaires dans les régions
  • Révision du Code des Investissements pour inciter davantage la production nationale et

le partenariat gagnant-gagnant entre les entreprises nationales et les entreprises étrangères

  • Adoption d’une nouvelle loi anti-hégémonie et de contrôle de la saine concurrence entre opérateurs économiques

CHANTIER 11 Reprendre en mains le secteur des Hydrocarbures et des mines

 

Dans le domaine des hydrocarbures et des Mines les mesures les plus immédiates seront notamment :

  • Restauration des normes de gestion saine de la SNIM avec une plus grande implication des travailleurs
  • Organisation d’une concertation nationale sur l’utilisation des ressources financières attendues, à partir de 2020, de l’exploitation du champ gazier offshore de « Grand Tortue-Ahmeyim »,
  • La mise à profit du cadre de suivi de l’exécution des contrats en vigueur qui bénéficient d’une clause de stabilité pour tous leurs termes autres que sociaux et environnementaux, pour obtenir, à travers des arrangements parallèles, le financement de certaines actions spécifiques visant l’amélioration des conditions des communautés, notamment celles installées dans la proximité géographique de leurs activités (actions en lien avec l’éducation, la santé, la formation, etc.).
  • La révision du Code des hydrocarbures bruts, afin de restaurer la compétence du Parlement en matière d’approbation des contrats d’exploration-production ;
  • Une pause dans l’attribution des blocs, le temps de faire une évaluation de l’arsenal en vigueur et à la lumière de l’évolution récente du sous-secteur et la règlementation le régissant, en Mauritanie et dans la sous-région, l’identification des conditions d’amélioration de la contribution des acteurs du sous-secteur dans le développement, selon une trajectoire à pas maitrisés, du contenu local des projets pétroliers tout au long de leur cycle
  • Adoption des normes d’exploitation pétrolières protectrices et intégrées dans l’arsenal régissant la protection des ressources naturelles, halieutiques en particulier
  • Création d’un Grand Fonds souverain alimenté par les recettes de la manne gazière suivant des règles de gestion stricte, inspiré notamment, du modèle scandinave
  • Dans le respect des conventions en vigueur, renégocier avec les opérateurs miniers et gaziers de nouvelles conditions d’exploitation plus favorables qui fondent un nouveau partenariat gagnant –gagnant notamment en réaménageant le niveau de participation de l’Etat dans l’actionnariat de la société propriétaire

CHANTIER  12.   Promouvoir la santé

Je m’engage à accorder une haute priorité à la santé des populations et en particulier aux couches les plus vulnérables : femmes, enfants, personnes âgées, handicapés et populations pauvres et victimes d’injustices sociales, à travers notamment les mesures suivantes :

  • Augmenter le pourcentage du budget national consacré à la santé de 5 à 8% puis à 10% à la fin du mandat présidentiel. Cette augmentation sera accompagnée par une réallocation des ressources budgétaires en faveur des priorités définies ci-dessous.
  • Améliorer l’équité dans l’accès aux soins grâce au renforcement du service public, et à l’instauration de la gratuité des soins fournis aux indigents notamment les soins d’urgence ainsi qu’au couple mère et enfant : suivi sanitaire des enfants de moins de cinq ans, vaccination, consultations prénatales, accouchement, césarienne et consultations post-natales.
  • Améliorer les performances des travailleurs de la santé à travers une augmentation substantielle des salaires pour favoriser leur motivation leur maintien dans le service public, une meilleure répartition géographique du personnel grâce à des primes calculées en fonction de l’éloignement et de la difficulté des conditions de travail. Une meilleure formation de base et continue et un traitement équitable et transparent du personnel en matière d’affectation, de promotion et de rémunération fondé sur des critères objectifs et effectivement appliqués.
  • Renforcer les services de santé de base pour assurer une large couverture des populations rurales tout en poursuivant l’amélioration de la qualité des soins dans les hôpitaux de référence au niveau régional et national y compris à travers l’utilisation de la cyber-santé. Au moins 90% de la population devraient se trouver dans un rayon de 5 kilomètres au plus d’une institution des soins et la couverture sera complétée par la mise en place d’unités de santé communautaires gérées par les populations.
  • Renforcer la sécurité sanitaire face aux épidémies et autres urgences sanitaires notamment celles liées aux sécheresses récurrentes ; mettre en place un politique de prévention routière multidimensionnelle et des services médicaux d’urgence couvrant l’ensemble du territoire national.
  • Favoriser la prévention et la promotion de la santé pour limiter les risques de maladie et encourager les comportements favorables à la santé tels que le recours précoce aux soins, la vaccination, la surveillance de la grossesse, le suivi des nourrissons et des enfants, la lutte contre le tabagisme, l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement.
  • Mettre en place une politique du médicament fondée sur l’accessibilité financière, la qualité et la sécurité des patients grâce à une inspection efficace, à un contrôle de qualité rigoureux et à la promotion des médicaments génériques efficaces et sûrs.
  • Encourager la rationalisation et l’organisation de la médecine traditionnelle sur la base de pratiques dont l’efficacité est prouvée et en collaboration avec la médecine moderne.
  • Renforcer la participation citoyenne à la santé à travers la décentralisation des services, la participation communautaire et la collaboration avec la société civile.
  • Améliorer la gouvernance à travers un choix des responsables à tous les niveaux fondés sur la compétence, un planification avisée, mise en œuvre, et dument évaluée, à travers un modèle de gestion axé sur les résultats, la décentralisation et la délégation de l’autorité, le contrôle et la supervision, la transparence, la coordination au sein du secteur et la collaboration intersectorielle et enfin un cadre règlementaire adapté et effectivement respecté.
  • Mettre en place progressivement l’assurance maladie universelle, en tenant compte des travailleurs du secteur dit informel, en utilisant diverses approches complémentaires en particulier la CNAM et les mutuelles de santé renforcés par un Fonds national de santé alimenté notamment par le taxes sur les produits et les activités ayant un impact négatif sur la santé.

 CHANTIER  13 Accès universel à l’eau

L’accès à l’eau est le principal défi auquel les populations du pays, sur toute l’étendue du territoire doivent, à tout instant, faire face, de même que l’économie nationale et toutes les autres activités sociales.  Pour pallier les insuffisances des politiques publiques suivies jusqu’ici, je prendrai les mesures suivantes :

  • Adoption d’un programme national pour l’accès à l’Eau courante pour tous pour l’horizon 2030. Un Fonds Spécial alimenté notamment alimenté par les ressources halieutiques et d’hydrocarbures sera mis sur pied pour permettre sa mise en œuvre
  • Installation le long du Fleuve d’un vaste réseau de pompage, de stockage et de distribution par pipe-line pour assurer pour chaque ville, village et campement situés jusqu’à une distance de 80 km du fleuve, un accès à l’eau potable courante, en plus du recours au forage de puits dans les zones non couvertes. Ce programme sera prévu pour les 5 ans à venir et les études démarreront dès mon arrivée au pouvoir.
  • Installation d’un réseau d’usines modernes de dessalement de l’eau mer, par unités combinées avec l’optimisation des possibilités offertes notamment par le Programme Aftout Es Sahel dont il faut revoir la mise en œuvre par rapport à la conception initiale
  • Garantir la présence d’une borne fontaine ou d’un puits dans chaque établissement humain de plus de 1500 personnes sur 1 KM à la ronde.

   CHANTIER 14 Accès universel à l’électricité

Le secteur de l’électricité qui a connu un développement considérable dans la production demeure cependant affecté de très nombreuses difficultés comme le montre le paradoxe de la surcapacité des infrastructures, le prix élevé du kw et la persistance des délestages, les déséquilibres de la distribution suivant les régions, les territoires et les quartiers, la gestion opaque du secteur et les difficultés des rapports avec la clientèle. Il en résulte des conséquences négatives en termes d’accès à l’électricité, tant pour les ménages que pour les différents secteurs économiques.

Pour faire face aux difficultés du secteur, je prendrai les mesures suivantes :

  • Profonde réorganisation et rationalisation du secteur par un développement parallèle des réseaux de distribution pour résorber graduellement la surproduction existante (surcapacité)
  • Baisse des prix à la consommation
  • Mise en œuvre immédiate et contrôlée des règles de transparence et de bonne gestion de la SONELEC en particulier la tarification, facturation
  • Augmenter la part des énergies renouvelables (solaire, éolien, hydro-électricité) dans la production totale, en complément avec le gaz tout en réduisant la part du fuel
  • Adopter un vaste programme d’électrification rurale, en partenariat avec les régions et les communes pour atteindre à l’horizon 2030, l’accès universel à l’électricité

CHANTIER 15 Un environnement protégé

Pour faire face à la situation, je préconise les mesures suivantes :

  • Faire de la protection de l’Environnement une grande cause nationale se traduisant par l’organisation de campagnes de sensibilisation de masse, l’appui aux initiatives privées et de la société civile allant dans ce sens, l’exigence plus rigoureuse d’application des normes et mesures prévues en matière de protection de l’environnement par les entreprises

  • Prévoir pour toutes les entreprises surtout polluante, une taxe pour la sauvegarde de l’environnement pour alimenter un Fonds spécial dédié à cette cause nationale
  • Investissement massif consacré à stopper l’avancée du désert et de la mer.
  • Etablir un Programme spécial de sauvetage de la Ville de Nouakchott après examen par des spécialistes de renommée mondiale, de tous les cas de figures possibles pour éclairer les choix de l’Etat.
  • Veiller à ce que les plans de développement locaux incorporent un volet spécifique de lutte contre la désertification et de protection de l’environnement.
  • Appliquer la part mauritanienne du Projet de la Grande Muraille Verte établi dans le cadre de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte, destinée à stopper l’avancée du désert notamment.
  • Mettre sur pied un réel programme d’Alerte Climatique comme outil de gestion par l’Etat en étroite association avec les collectivités territoriales, de l’ensemble des risques naturels, comme la sècheresse, la destruction du littoral, l’avancée du désert, la destruction des sols, etc et leurs incidences sur les différents systèmes de production (agriculture, élevage, pêche, tourisme, infrastructures etc)
  • Développer l’offre de formation dans les circuits d’enseignement moyen et supérieur, aux métiers verts et créer à terme une véritable économie verte donnant des débouchés d’emploi multiples. Priorité sera donnée à la recherche et à l’innovation.
  • Unifier les corps dédiés à la lutte contre la délinquance écologique en une police unique environnementale
  • Un plus grand contrôle des normes environnementale sur les sociétés d’exploration et d’exploitation minières et gazières et une plus grande protection des collectivités locales vivant dans leurs périmètres d’activités

CHANTIER 16 Un cadre de vie assaini

  • Etablir un « Plan National d’Assainissement du Cadre de Vie » suite à un diagnostic approprié
  • Encourager fortement les initiatives et les structures d’action durable surtout provenant des jeunes et des femmes dans les quartiers périphériques et dans les zones les plus vulnérables. Créer une véritable émulation dans la conception et dans les activités d’assainissement y compris par des compétitions et concours dédiés à la promotion de la propreté et au cadre de vie assaini, entre quartiers et entre villes et villages sanctionnés par des trophées.
  • Encourager la création de sociétés, surtout des start-up de jeunes et de femmes spécialisées dans le domaine de la propreté. L’Etat encouragera les communes à nouer des partenariats gagnant-gagnant avec ces entreprises et accordera à ces dernières un régime spécialement avantageux (garanties bancaires, incitations fiscales, dotations spéciales…). L’Etat encouragera et accompagnera l’installation d’usines de traitement et recyclage de déchets dans le pays
  • Tenue à intervalles réguliers de « Journées Villes, Villages et Campements propres »
  • Toutes les régions et communes doivent disposer d’un Plan local d’assainissement. Chaque Département ministériel doit prévoir dans ses activités, un volet « cadre de vie » concernant son domaine de compétence propre et en rendre compte régulièrement.
  • Revivifier les installations d’évacuation d’eaux usées à l’abandon dans certaines villes et datant parfois de l’époque coloniale
  • Doter chaque commune d’une subvention spéciale destinée à l’amélioration du cadre de vie
  • Etablir une coopération approfondie en matière d’assainissement avec certains pays en développement dont l’expérience pourrait nous inspirer
  • Impliquer les établissements scolaires et universitaires dans la lutte pour l’amélioration de l’assainissement urbain et rural
  • Révision des lois et règlements en vigueur pour définir avec plus de précision les infractions au cadre de vie et renforcer les sanctions

AXE VII :  UNE POLITIQUE DE LOGEMENT ET DE TRANSPORT, EFFICIENTE

CHANTIER 17 PROMOUVOIR LE LOGEMENT SOCIAL

Pour parvenir à l’objectif d’un cadre urbain moderne et contrôlé, je m’engage à prendre les mesures de promotion du logement social suivantes :

  • Etablir une Nouvelle Politique Urbaine (NPU) qui impliquera l’établissement et la mise en œuvre de normes de construction et d’urbanisme sous la supervision d’une Agence Nationale d’Evaluation et de contrôle technique.
  • Encourager les banques à financer les plans immobiliers des entreprises du secteur avec des contrats-plans à conclure, suivant les cas, soit avec les communes soit avec l’Etat, en particulier pour les logements sociaux
  • Définir des objectifs chiffrés de construction de logements sociaux pour chaque capitale régionale et pour Nouakchott avec une estimation globale de 15 000 logements sociaux construits annuellement en faveur des personnes à revenu modeste et 5000 pour la tranche supérieure des revenus, dans le cadre d’un vaste programme national de constructions de logements sociaux
  • Soutenir la création de véritables filières de production nationale de matériaux de construction de qualité et à bon marché
  • Renforcer les structures existantes en matière de constructions et d’accès à l’habitat social.
  • Etablir des centres de formation spécialisés dans le domaine de l’habitat pour pallier la pénurie des spécialistes en la matière et réduire les risques liés à la construction

           CHANTIER  18 RELEVER LE DEFI DU TRANSPORT

 .Transport urbain:

  • Ouvrir un dialogue avec les principaux protagonistes pour trouver des solutions justes et durables aux difficultés du secteur ;
  • Mener une politique efficiente d’éducation à la sécurité routière
  • Revoir les conditions d’octroi des permis de conduire ;
  • Revoir le statut des Autoécoles ;
  • Réorganiser le transport public et créer une entreprise nationale efficiente opérant sur l’ensemble du pays. Chaque capitale régionale disposera d’une section de transport public à la moitié de mon mandat ;
  • Intensifier les travaux de bitume sur les principaux axes routiers nationaux et les routes régionales et dans les quartiers populaires de Nouakchott et de Nouadhibou.
  • Boucler les études et obtenir le financement d’une ligne de Tramway dans deux axes principaux de Nouakchott au plus tard à la fin de mon mandat ;

     Transport routier interurbain

  • Revoir les conditions de travail et de sécurité des opérateurs, en particulier des chauffeurs
  • Faire une revue des conditions de sécurité routière axées sur la prévention et la protection des personnes
  • Construire sur tous les axes routiers, des aires de repos et de stationnement
  • Achever la route Nouakchott-Rosso dans un délai de 6 mois et entamer des études pour des autoroutes sur les axes Nouadhibou-Chami-Nouadhibou ; Nouakchott-Boutilimit et Nouakchott-Rosso.
  • Faire une revue en détail des projets de construction de routes en cours et de leurs conditions techniques et financières de réalisation ainsi que leur ordre de priorité

          Chemins de fer

Etudes d’un plan ferroviaire national et particulièrement sur les deux axes de transports centraux : Nouadhibou-Rosso et Nouakchott-Nema

accelerated transitions. It supports touch navigation with pure swipe gesture that you have never experienced before.
With our 8 Starter Samples, creating slideshows has never

accelerated transitions. It supports touch navigation with pure swipe gesture that you have never experienced before.
With our 8 Starter Samples, creating slideshows has never

accelerated transitions. It supports touch navigation with pure swipe gesture that you have never experienced before.
With our 8 Starter Samples, creating slideshows has never

accelerated transitions. It supports touch navigation with pure swipe gesture that you have never experienced before.
With our 8 Starter Samples, creating slideshows has never

Visualiser le programme

LES DERNIÈRES NOUVELLES

Découvrez les vidéos récentes pour chaque catégorie

août 13, 2019

Absolutely free Relationship Web site. Individual Advertisements. On-line Courting

The online dating sites for locating Asian females have been produced for males who want critical interactions with oriental females. There are hundreds, countless numbers and even tens of

août 13, 2019

Who Else Wants to Learn About Best Personal Essay Writers?

You’ll discover lots of things to take into consideration. Very best personal-finance

août 13, 2019

The Battle Over Best Essay Writers Writing Service and How to Win It

With our support you’ll get definitely one of a kind chance to increase your own writing

août 13, 2019

The Ultimate Best Essay Writers For-hire Trick

The History of Best Essay Writers For-hire Refuted You risk obtaining a satisfactory grade or

août 12, 2019

Top Best a Good Paper Writing Service Secrets

You could employ a fellow student, clearly, but there is no assurance your task is going to be
MISSION & VISION

50 années d’engagement au service du peuple mauritanien

``Voilà un demi-siècle que Mohamed Ould Sidi Ould Maouloud faisait ses premiers pas de dirigeant en se mettant au service des élèves mauritaniens de 1970 à 1972 en tant que responsable à l’organisation du Comité Provisoire d’Action Scolaire du Secondaire (CPASS). Il s’agissait d’une structure clandestine d’encadrement des luttes des élèves pour l’amélioration de leurs conditions de vie et d’études. ``

ÉVÉNEMENTS A VENIR : MEETING POPULAIRES

POUR CONTRIBUER A LA CAMPAGNE

REJOIGNEZ-NOUS MAINTENANT

Rejoignez l'équipe de campagne et remplissant le formulaire suivant et participez à l'alternance démocratique.

[]
1 Step 1
Nom Complet
Téléphone
phone
Ville
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right
FormCraft - WordPress form builder

Je suis un texte par défaut. Cliquez sur le bouton d’édition pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

  • Je suis un texte par défaut.
  • Cliquez sur le bouton d’édition pour me modifier.
  • Lorem ipsum dolor sit amet,
  • consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.